chantier publication

Premier volume de la collection « Culture contemporaine »

Narration et jeu vidéo

Un jeu vidéo peut-il raconter une histoire ? De quels moyens spécifiques dispose-t-il pour y parvenir ? Classique en game studies, la question de la narration dans le jeu vidéo continue d’interpeller chercheurs, consommateurs et professionnels de l’industrie, après avoir participé à la structuration du champ de recherche ces quinze dernières années.

Partant de ces questions, l’ouvrage Narration et jeu vidéo. Pour une exploration des univers fictionnels propose un modèle explicatif fondé sur la notion riche d’univers fictionnel. Sur cette base, il propose de penser la narration vidéoludique hors des cadres traditionnels et de la concevoir comme un dispositif non figé, ouvert à l’infinité d’actualisations possibles que représente chaque partie jouée.

Alternant réflexion théorique et analyses de cas, ce livre se destine tant au chercheur qu’au game designer ou au joueur désireux de réfléchir sur sa pratique.

Pour acheter la version numérique (version papier à venir), rendez-vous sur le site de l’éditeur : http://bebooks.be/culturecontemporaine/fr/ebook/153-narration-et-jeu-video.html

Présentation de la collection

Longtemps marginaux au sein des études universitaires, les objets culturels dominés (littérature populaire et de grande diffusion, cinéma de genre, séries télévisées, jeux vidéo, jeux de rôle) bénéficient actuellement d’un grand intérêt de la part des chercheurs. Cette collection se veut le lieu d’accueil privilégié de leurs travaux, postulant que le discours scientifique sur des objets partagés par le plus grand nombre mérite une diffusion la plus large possible. Avec pour objectif d’offrir à chacun des outils de compréhension de notre culture contemporaine, sous la forme d’essais ou de recueils de textes, la collection propose des éclairages originaux, faisant apparaître la trame de l’encyclopédie culturelle d’aujourd’hui. « Culture contemporaine » est diffusée en format numérique et en impression à la demande, afin d’en favoriser des appropriations nombreuses et variées.

Un article sur la collection dans Lettres numériques.

Premiers titres (2014)

Fanny BARNABÉ, Narration et jeu vidéo. Pour une exploration des univers fictionnels

Fanny BARNABÉ et Björn-Olav DOZO (dir.), Jeu vidéo et livre

Ines DUBOIS, Cyberpunk et steampunk. Pour une archéologie littéraire du transhumanisme

Dominique WARFA, Science-fiction : bribes, cases & portraits

chantier politique

Humanistica : première assemblée générale

Le mardi 8 juillet 2014 se tiendra à Lausanne la première assemblée générale (AG) d’Humanistica, l’association francophone des humanités numériques/digitales. Cette AG se tiendra sur le campus de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) de 10h à 16h. Grâce au soutien de DH 2014, elle a lieu en tant qu’événement organisé en marge du colloque international.

Cette assemblée inaugurale, dont la préparation avait été confiée lors du THATCamp de Saint-Malo 2013 à un comité de quinze personnes élues par les participants pour préparer le processus de fondation de l’association, se déroulera en deux temps. Durant la matinée, les participants pourront prendre connaissance des statuts, les valider, élire le comité de l’association, et enfin adopter le règlement intérieur. L’après-midi s’organisera autour d’ateliers proposés par les participants souhaitant soumettre un projet à l’association. À partir de ces projets, Humanistica se structurera pour remplir ses missions de forum et de lobbying en faveur des digital humanities francophones.

L’AG est ouverte sans frais à toute personne intéressée par cette initiative. Il sera possible d’assister aux débats en tant qu’auditeur libre, ou de devenir sur place membre de l’association pour participer aux délibérations et aux prises de décisions collectives. Les statuts et le règlement intérieur qui seront présentés le 8 juillet seront prochainement disponibles en ligne sur le site de l’association (actuellement en cours de construction ; le site sera indiqué ici prochainement). Les personnes intéressées à candidater pour l’une des douze places au comité sont invitées à envoyer jusqu’au 28 juin une lettre de candidature à Pierre Mounier : pierre [point] mounier [at] openedition [point] org. Chaque candidat précisera s’il désire représenter un pays (et dans ce cas, lequel) ou représenter les doctorants. Les candidatures et leurs présentations seront mises en ligne sur le site de l’association au 1er juillet.

chantier politique

Premiers pas d’une association francophone des DH

Le compte rendu de la réunion qui s’est déroulée au ThatCAMP Saint-Malo en vue de la constitution d’une association francophone des humanités numériques/digitales se trouve maintenant en ligne.

cours politique

Les MOOCs français sur FUN

Découvert aujourd’hui : https://www.france-universite-numerique-mooc.fr/

Inscription à ces trois-là, qui commencent en janvier et février. Tout cela a l’air passionnant.

  • Comprendre le Transmedia Storytelling

    Début du Cours – Jan 13, 2014

    07001 Comprendre le Transmedia Storytelling Image de couverture
    Université Michel de Montaigne Bordeaux 3
  • Introduction aux réseaux mobiles

    Début du Cours – Feb 04, 2014

    04001 Introduction aux réseaux mobiles Image de couverture
    Institut Mines-Télécom
  • La Fabrication Numérique

    Début du Cours – Jan 06, 2014

    04002 La Fabrication Numérique Image de couverture
    Institut Mines-Télécom

politique

Programme open access week

La semaine de l’open access se déroulera la semaine prochaine. J’ai la chance d’y participer. Un extrait du programme :

Poster OAW A3

OPEN ACCESS 2013

Les RDV de l’Open Access Week 2013

 21 OCTOBRE À LA FMSH – AUDITORIUM DU FRANCE

« L’Open Access pour tous »

  • 18h-18h30: Introduction : l’OA pour tous
    • Hervé le Crosnier
  • 18h30: Exemples concrets
  • 20h: Open Buffet

 23 OCTOBRE À L’EHESS – PARIS

« L’Open Access pour la recherche »

politique publication

Débat à la rentrée académique sur l’open access

Comme trace de ce débat passé (25 septembre 2013), l’annonce et la liste des invités et une copie de la conduite que j’avais proposée aux intervenants :

1. L’open access et les mandats (institutionnels, nationaux, européen)

a.      Succès de l’open access à l’ULg lié au mandat institutionnel. Modèle qui se diffuse ailleurs ?

b.      Mandats nationaux ? Mandat européen lié aux financements européens ? Quelle position des pouvoirs publics ? Incitation, contrainte, subsides de l’open access ?

c.      Liberté du chercheur de choisir ses lieux de publication, lieux qui parfois refusent le dépôt en open access ?

d.      Accès du public à la littérature de recherche : pertinence ? danger ?

e.      En plus des articles, données à placer également en open access (open data) ? Livres ? Autres types de publications ?

f.       Problème de la sécurisation de la prise de risques (médecine, sciences)

g.      Dépôt lié à une institution universitaire ? centralisé par thème ? centralisé par pays ?

h.      Que penser des initiatives privées (ResearchGateAcademia, etc.) ?

2. Économie et financement de l’open access

a.      Que coûte un dépôt institutionnel ? Une mutualisation des coûts est-elle un argument en faveur d’une centralisation ?

b.      Comment financer le gold ?

c.      Différencier le gold de l’APC (article processing charges = auteur-payeur) : autres stratégies de financement

d.      Quel investissement des pouvoirs publics ?

e.      Quel rôle pour des organismes de financement de la recherche comme le FNRS (subsides à la publication pour des ouvrages ou des revues, prise en charge des frais de publication d’articles) ?

f.       En SHS, que faire des petits éditeurs (vus comme les partenaires des chercheurs) dont le modèle économique est précaire ?

3. Open access et évaluation de la recherche

a.      Liens entre dépôt institutionnel et évaluation quantitative des chercheurs ?

b.      Meilleure évaluation si richesse des métadonnées (résumé, mots-clés) car meilleure visibilité des enjeux ?Open access comme politique de communication du chercheur ?

c.      Rôle du dépôt institutionnel dans le travail des conseils de la recherche à l’ULg ?

d.      Facteur d’impact et revues en open access

e.      Epi-revues (revues fondées sur le dépôt préalable d’articles dans des archives open access puis par une évaluation et un regroupement thématique des liens vers ces articles par les comités des épirevues) : un bouleversement futur de nos pratiques ?

Et pour être complet, le hashtag Twitter : #OAulg2013

Bientôt, un résumé en vidéo (sur la webTV ULg) :

chantier

Échéances

C’est la rentrée, on le sent depuis (plus de) quelques jours… Avec elle, les échéances de dossiers en cours.

COnTEXTES, sélection de papiers issus du colloque Reconnaissance et consécration artistiques : 1er septembre.

Mémoires du Livre / Studies in book culture, Livre et jeu vidéo : 15 septembre (un volume pour une nouvelle collection aux éditions Bebooks / L’Aurore, sur le même sujet, complétera ce numéro). Quelques sarcasmes ici.

- Livre à partir du colloque Jeux et enjeux de la préface : 15 octobre.

Textyles, Figurations de la vie littéraire : 1er novembre.

Autres projets, autres échéances.

- Le texte de ma communication au colloque Des littératures périphériques : 2 septembre.

- Un texte avec Dominique Warfa pour un appel sur les dystopies, (Bé)vues du futur : 1er septembre.

- Un autre texte (très en retard) avec Dominique Warfa, pour le numéro 3 de Res Futurae.

Beaucoup d’autres encore pour le mois suivant.

cours

Frise chronologique de romans du XIXe siècle

Pour le cours de Genres paralittéraires… Le tout disponible gratuitement grâce à Feedbooks !

 

politique

Intervention de Pierre Mounier à la rencontre sur l’open access en SHS à l’Institut de Géographie de l’Université de Paris (26/3)

Intervention particulièrement juste sur le fond et dans son ton de Pierre Mounier à la rencontre sur l’open access en SHS à l’Institut de Géographie de l’Université de Paris (26/3), organisée à la suite de la tribune parue dans Le Monde (évoquée par Times Higher Education).

Voir aussi un compte rendu détaillé : Open Access en SHS : « l’intendance suivra ! »

politique

Tribune en faveur de l’open access dans Le Monde

Comme premier élément de réanimation de ce carnet dormant (ceux qui ont des enfants comprendront), une tribune parue hier dans Le Monde.

Qui a peur de l’open access ?

En juillet 2012, la Commission européenne a émis une recommandation relative à la publication en accès ouvert (c’est-à-dire gratuit pour le lecteur) des résultats de la recherche scientifique financée sur fonds publics (Lire Le Monde 28 février 2013). La Commission considère en effet qu’une telle démarche est nécessaire pour renforcer la visibilité de la recherche européenne à l’horizon 2020, en levant progressivement les obstacles qui se dressent entre le lecteur et l’article scientifique, après un éventuel embargo de six à douze mois. Cet avantage, l’Amérique latine, par exemple, l’a déjà saisi depuis une décennie en lançant de puissantes plateformes de revues en accès ouvert. Scielo et Redalyc, qui comptent à elles deux près de 2000 revues ont considérablement gagné en visibilité grâce à l’accès ouvert : le portail brésilien Scielo est désormais plus consulté que l’américain Jstor. Ces exemples montrent que l’accès ouvert change le rapport de forces dans un monde dominé par des groupes détenant des portefeuilles de milliers de revues majoritairement de langue anglaise : il ouvre la porte à ce qu’on peut appeler une véritable bibliodiversité en favorisant l’émergence d’une pluralité de points de vue, de modalités d’édition, de paradigmes scientifiques, de langues.

Voir la suite sur le site du Monde.