Archives de la catégorie: publication

chantier cours publication

Lancement du MOOC « Il était une fois la littérature de jeunesse »

Depuis aujourd’hui, il est possible de s’inscrire au MOOC « Il était une fois la littérature de jeunesse » produit à l’ULg en collaboration avec la HECh.

mooc

Pour plus d’informations, le plus simple est encore de se rendre sur la page de FUN!

L’aguiche (pour remplacer « le teaser », beaucoup moins croustifondant !) :

publication

Deux nouveaux livres dans la collection « Culture contemporaine » chez Bebooks

Un premier livre, Jeu vidéo et livre, qui complète le projet autour des rapports entre les deux médias dont les premiers résultats sont parus dans Mémoires du livre / Studies in Book Culture en 2014.

couverture numérique jeu vidéo et livre

Un deuxième, Une brève histoire de la science-fiction belge et autres essais, une anthologie des textes critiques sur la science-fiction et la bande dessinée, signé Dominique Warfa.

couverture numériqueDominique Warfa5

publication

Textyles 46 : figurations de la vie littéraire

Publication du dernier volume de la revue Textyles, dirigé par Anthony Glinoer et moi. Prolongation sur le corpus belge du projet de recherche du Gremlin. Appel à contributions ici, présentation générale là.

sam_ph_30453_cover1

Disponible en libre accès sur Revues.org : http://textyles.revues.org.

Sommaire

 

Achat du volume papier sur le site de l’éditeur (Samsa).

chantier publication

Premier volume de la collection « Culture contemporaine »

Narration et jeu vidéo

Un jeu vidéo peut-il raconter une histoire ? De quels moyens spécifiques dispose-t-il pour y parvenir ? Classique en game studies, la question de la narration dans le jeu vidéo continue d’interpeller chercheurs, consommateurs et professionnels de l’industrie, après avoir participé à la structuration du champ de recherche ces quinze dernières années.

Partant de ces questions, l’ouvrage Narration et jeu vidéo. Pour une exploration des univers fictionnels propose un modèle explicatif fondé sur la notion riche d’univers fictionnel. Sur cette base, il propose de penser la narration vidéoludique hors des cadres traditionnels et de la concevoir comme un dispositif non figé, ouvert à l’infinité d’actualisations possibles que représente chaque partie jouée.

Alternant réflexion théorique et analyses de cas, ce livre se destine tant au chercheur qu’au game designer ou au joueur désireux de réfléchir sur sa pratique.

Pour acheter la version numérique (version papier à venir), rendez-vous sur le site de l’éditeur : http://bebooks.be/culturecontemporaine/fr/ebook/153-narration-et-jeu-video.html

Présentation de la collection

Longtemps marginaux au sein des études universitaires, les objets culturels dominés (littérature populaire et de grande diffusion, cinéma de genre, séries télévisées, jeux vidéo, jeux de rôle) bénéficient actuellement d’un grand intérêt de la part des chercheurs. Cette collection se veut le lieu d’accueil privilégié de leurs travaux, postulant que le discours scientifique sur des objets partagés par le plus grand nombre mérite une diffusion la plus large possible. Avec pour objectif d’offrir à chacun des outils de compréhension de notre culture contemporaine, sous la forme d’essais ou de recueils de textes, la collection propose des éclairages originaux, faisant apparaître la trame de l’encyclopédie culturelle d’aujourd’hui. « Culture contemporaine » est diffusée en format numérique et en impression à la demande, afin d’en favoriser des appropriations nombreuses et variées.

Un article sur la collection dans Lettres numériques.

Premiers titres (2014)

Fanny BARNABÉ, Narration et jeu vidéo. Pour une exploration des univers fictionnels

Fanny BARNABÉ et Björn-Olav DOZO (dir.), Jeu vidéo et livre

Ines DUBOIS, Cyberpunk et steampunk. Pour une archéologie littéraire du transhumanisme

Dominique WARFA, Science-fiction : bribes, cases & portraits

politique publication

Débat à la rentrée académique sur l’open access

Comme trace de ce débat passé (25 septembre 2013), l’annonce et la liste des invités et une copie de la conduite que j’avais proposée aux intervenants :

1. L’open access et les mandats (institutionnels, nationaux, européen)

a.      Succès de l’open access à l’ULg lié au mandat institutionnel. Modèle qui se diffuse ailleurs ?

b.      Mandats nationaux ? Mandat européen lié aux financements européens ? Quelle position des pouvoirs publics ? Incitation, contrainte, subsides de l’open access ?

c.      Liberté du chercheur de choisir ses lieux de publication, lieux qui parfois refusent le dépôt en open access ?

d.      Accès du public à la littérature de recherche : pertinence ? danger ?

e.      En plus des articles, données à placer également en open access (open data) ? Livres ? Autres types de publications ?

f.       Problème de la sécurisation de la prise de risques (médecine, sciences)

g.      Dépôt lié à une institution universitaire ? centralisé par thème ? centralisé par pays ?

h.      Que penser des initiatives privées (ResearchGateAcademia, etc.) ?

2. Économie et financement de l’open access

a.      Que coûte un dépôt institutionnel ? Une mutualisation des coûts est-elle un argument en faveur d’une centralisation ?

b.      Comment financer le gold ?

c.      Différencier le gold de l’APC (article processing charges = auteur-payeur) : autres stratégies de financement

d.      Quel investissement des pouvoirs publics ?

e.      Quel rôle pour des organismes de financement de la recherche comme le FNRS (subsides à la publication pour des ouvrages ou des revues, prise en charge des frais de publication d’articles) ?

f.       En SHS, que faire des petits éditeurs (vus comme les partenaires des chercheurs) dont le modèle économique est précaire ?

3. Open access et évaluation de la recherche

a.      Liens entre dépôt institutionnel et évaluation quantitative des chercheurs ?

b.      Meilleure évaluation si richesse des métadonnées (résumé, mots-clés) car meilleure visibilité des enjeux ?Open access comme politique de communication du chercheur ?

c.      Rôle du dépôt institutionnel dans le travail des conseils de la recherche à l’ULg ?

d.      Facteur d’impact et revues en open access

e.      Epi-revues (revues fondées sur le dépôt préalable d’articles dans des archives open access puis par une évaluation et un regroupement thématique des liens vers ces articles par les comités des épirevues) : un bouleversement futur de nos pratiques ?

Et pour être complet, le hashtag Twitter : #OAulg2013

Bientôt, un résumé en vidéo (sur la webTV ULg) :

publication

Couverture des Imaginaires de la vie littéraire et autres activités récentes

Voici la première ébauche de la couverture de notre prochain livre, aux PUR, Imaginaires de la vie littéraire. Fiction, figuration, configuration. Il ne s’agit pas de la couverture définitive.

Une recension du dernier ouvrage de Gisèle Sapiro : http://sociologie.revues.org/1104

Des séminaires et conférences : un au Philixte, une à la Foire du Livre,  un à l’École doctorale thématique en sciences sociales, bientôt une au Séminaire de l’Imaginaire organisé par la BILA.

publication

Parution du volume sur L’Association

L’ouvrage collectif édité par Acme et publié aux Impressions nouvelles sortira début novembre (le 6, je crois le 3 en fait). On enchaînera avec un colloque international organisé à Liège (le programme sera bientôt disponible sur le site du collectif).

publication

Couverture de mon deuxième livre

Voici la couverture presque définitive de mon deuxième livre, à paraître en septembre aux Presses universitaires de Liège, dans la collection Situations.

publication

Premier livre

Mon premier livre est sorti le mois dernier. Comme ce carnet se lance, je commence par quelque chose de bouclé. Il s’intitule La vie littéraire à la toise. Études quantitatives des professions et des sociabilités des écrivains belges francophones (1918-1940), et est publié aux éditions Le Cri, dans la collection du CIEL (le Collectif interuniversitaire d’étude du littéraire, pour lequel j’ai travaillé pendant cinq ans). Jean-Marie Klinkenberg, qui était mon directeur de thèse, en a écrit la préface (je l’en remercie encore ici).

Il s’agit d’un recueil de six articles publiés dans différentes revues ou dans des actes de colloque. L’idée était de donner à lire en un seul endroit les résultats de ma recherche en littérature belge fondée sur des méthodes quantitatives et relationnelles, sans pour autant noyer le lecteur dans des considérations épistémologiques et méthodologiques (ça, ce sera pour le deuxième livre, aux Presses de l’Université de Liège, qui, je l’espère, sortira en mars ou avril…). J’ai donc écrit deux livres à partir du même « terrain », de la même recherche, mais je crois qu’ils s’adressent à des publics différents. J’espère en tout cas qu’ils trouveront chacun leurs lecteurs (qui voit dans ce pluriel la marque d’un optimisme béat ?).

Les articles reproduits (après révision et modifications) sont les suivants :

« Littérature et bases de données : la base de données du CIEL », Cahiers de l’AIEF (Association internationale des études françaises), 2011 (à paraître).

« La sociologie quantitative au service de l’étude du personnel littéraire : le cas du personnel littéraire de l’Académie royale de Langue et Littérature françaises de Belgique », dans Frank Wilhem, Raymond Baustert, Marion Colas-Blaise, Tonia Raus (dir.), Le Blé en herbe. Actes des Premières Journées des Jeunes Chercheuses/eurs en Littérature et Linguistique françaises, Luxembourg, 2007, p. 85-102.

« La présence des juristes dans l’institution littéraire belge. Examen de l’évolution des trajectoires scolaires et professionnelles des écrivains dans l’entre-deux-guerres », Textyles. Droit et littérature, no 31, 2007, p. 28-46. http://hdl.handle.net/2268/10167

« Portrait statistique de l’écrivain journaliste en en Belgique francophone entre 1920 et 1960 », Textyles. Les écrivains journalistes, no 39, 2010.

« Structure de l’espace relationnel des auteurs francophones belges de l’entre-deux-guerres », dans Marie-Pier Luneau et Josée Vincent, La fabrication de l’auteur, Québec, Nota Bene, 2010, p. 183-203.

« Sociabilités et réseaux littéraires au sein du sous-champ belge francophone de l’entre-deux-guerres », Histoire et Mesure, no XXIV-1, 2009, p. 43-72.

En plus de la préface, une présentation, une note sur les écrivains enseignants et une conclusion sous forme des pistes à explorer complètent ce recueil.